Faisons court

17 août 2017

insoumeetic soumise

Quoi ? Que vois-je de mes immenses yeux verts  ébahis mais perçants grâce à mes lunettes à sextuple foyer multifocale progréssive et dégressive de chez optic 2000?

Les insoumis ont créé un site de rencontres pour que des personnes puissent se rencontrer et s'unir entre partisans politiques du même  bord !!!!!!

Je trouve l'idée curieuse venant de Mélanchon qui ne nous a pas habitué à une ouverture qui n'est pas basée sur l'esprit.

Insoumis, insoumises...J'ai du mal à comprendre l'intérêt qu'il peut y avoir de discuter des années avec ma future femme insoumise qui refusera par définition de comprendre si j'ose avoir un avis différent du sien? Oh non alors ! Le slogan est "Rencontre pour célibataires intransigeants". Là, je comprends mieux alors je vais y aller de ma petite annonce personnelle..... :

Homme bien sous tous les rapports plutôt de gauche, autoritaire à l'écoute principalement de chacun et des femmes, physiquement un peu grand et plutôt pas trop trop mal de sa personne désire rencontrer une femme  sexy soumise jeune insoumise partageant mes des idées communes du parti. Cultivée et intelligente raisonnable et courageuse elle saura se plier s'adapter à ma personnalité la cellule de quartier que je lui réserverai si elle n'est pas assez docile.

insoumis

Mes centres d'intérêt sont la pêche politique  les jeux de boules mots politiciens principalement sur les tracts que je rédige et la soupe du parti chaque vendredi soir de l'après meetic meeting. Elle devra chaque samedi soir après le match de foot politique droite gauche du 20 heures, me réserver sa soirée pour m'épater de ses dons culinaires innés en toutes choses puis me conduire aux partouzes réunions de quartier. Photo jointe

lunette

Bon je crois que j'ai toutes mes chances de trouver une perle dans les trois jours !  

 

Posté par faisons court à 16:05 - Commentaires [4] - Permalien [#]

16 août 2017

La plage

Certaines femmes d'Algérie en ce mois d'août ont bravé une partie d'une fausse interprétation du coran interdisant soi-disant le port du bikini sur la plage !

Au péril de leur tranquilité elles ont osé braver les religieux et porter fièrement leurs maillots de bains. Gloire à Elles !

Par contre, je tiens ici à rendre hommage et à apporter mon soutien admiratif à ma voisine d'immeuble qui a soutenu leurs démarches au péril de sa vie ! Quel courage !

Gloire à elle !

18342459_10211430617793638_806911465033990487_n

Posté par faisons court à 21:32 - Commentaires [4] - Permalien [#]

rendez vous raté

Je me souviens de notre première rencontre. C'était il y a quelques années et son arrivée inattendue m'a troublé. Elle était attirante, secrête bien que volubile, je devinais une femme fragile, passionnée et intériorisée dans ses débordements. Elle semblait vouloir tout montrer d'elle mais ne dévoilait rien. Je devinais avec une certitude inouïe la moindre parcelle de sa personne sans la connaître encore. Je savais déjà la richesse de sa personnalité et je me demandais pourquoi elle se vêtait avec une exhubérance vestimentaire et une assurance si forte que je la sentais fabriquée. Elle se cachait l'hyper sensible. Elle m'intriguait en me charmant. J'ai eu envie de la protéger même contre elle dès la première minute. Elle parlait à quelqu'un et, en homme bien élevé, je m'efforcais de ne rien entendre de leur conversation mais j'avoue tendrement  que je mourrais d'envie de lui parler et surtout de l'entendre. Je voulais la connaître la découvrir puis la sublimer. J'ai immédiatement éprouvé pour elle une forte tendresse et quand je l'ai connue un peu, plus tard, une vraie admiration et une réelle affection telle que je l'ai rarement ressentie pour quelqu'un d'autre ou du moins aussi rapidement. Elle m'a remarqué ce jour là et nous nous sommes soigneusement évités.

Je l'ai revue après des échanges étonnants via un site de discussion où elle m'avait demandé. Elle s'étonnait que je la découvre aussi bien alors que je ne faisais que lire sur son visage sa voix ses yeux. Je me suis retiré de sa vie quelque temps plus tard, à sa demande, car j'ai senti que si je pouvais lui apporter une grande partie de ce qu'elle souhaitait, cela n'était pas sa vie, sa personne est si entière qu'elle ne peut pas faire les choses à moitié et je ne suis qu'une moitié. Elle a donc décidé de faire son chemin seule et ne n'a pas et plus voulu me rencontrer seule à seul.  

Il arrive que l'on fasse de belles rencontres qui illuminent parfois les jours sombres 

16508448_1819661271605403_3267783803280772451_n

Posté par faisons court à 21:18 - Commentaires [5] - Permalien [#]

Cancre

Dernier né d'une tribu, son père l'a toujours détesté. Il était jeune très jeune, peut être six sept ans, lorsqu'il s'est rendu compte des différences entre les enfants et il a fini par se révolter contre tant d'injustice. De quel droit pouvait-il être détesté et rejeté alors que ses frères et soeurs se sentaient aimés voire adulés, dans ses yeux. Il voulait le punir de tant de différences et comme le père était fier des résultats scolaires de ses enfants, il faisait exprès de répondre sciemment à côté dans toutes les interrogations et leçons de l'école. Un jour pourtant il est arrivé premier de sa classe peut être pour voir pour savoir pour être sûr ou par calcul car c'était le mois de décembre, juste avant les cadeaux de noël. Mais aucun mot, aucune phrase de félicitation ou même d'estime, et pas de cadeau malgré sa place de premier !

Soit, sa décision était la bonne, il sera cancre ! Quand il connaissait les sujets abordés en classe il faisait semblant d'ignorer le thème et faisait des hors sujets qui faisait l'hilarité de tous quand le maître, puis plus tard le professeur, décidaient de provoquer l'adolescent en lisant ses textes ou ses traductions. Lui souriait du plaisir d'amuser ses copains, le niais.

14691079_643466689165282_6848074008684884626_n

Vingt cinq ans après sa rupture paternelle intervenue bien avant ses vingt ans, il a décidé de revoir cet homme. Il l'a trouvé, vieux, usé, malade, faible. Il n'avait même plus ses petites phrases cinglantes rabaissantes toujours utilisées à son encontre ; pourtant il s'est occupé de lui, un peu, un tout petit peu, non pas par amour mais pour lui montrer, peut être, il l'ignore encore, qu'il avait eu tort de ne pas apprécier le petit enfant qu'il avait élevé. Plus tard, sans émotion particulière, il lui a acheté une concession dans une ville inhumaine et défigurée par des immeubles, une ville sans âme où il repose seul à jamais et il a fermé définitivement leurs mémoires d'une lourde pierre tombale de marbre noir ou gris foncé, sans inscription. Il n'a jamais été lui rendre visite, à quoi bon inventer des mots qui ne sauraient où se poser.

Deux ans plus tard, sa mère lui a avoué qu'il n'était pas son vrai père, que celui-ci était cet homme bon et gentil qui l'avait receuilli le jour de sa dernière fugue et à l'enterrement duquel l'enfant, devenu adulte, il y a bien longtemps, a versé des larmes de reconnaissance et d'affection. Sans savoir à l'époque qu'il enterrait son père. Marié, père d'enfants lui aussi. A cette époque, on ne divorçait pas.

Posté par faisons court à 13:16 - Commentaires [5] - Permalien [#]

14 mars 2017

oh le menteur !

C'était il y a quelque temps. Une soirée animée comme tant d'autres, des regards entre convives entre homme-femme, des petits tests de séduction, on parlait on buvait on dansait un peu puis on allait prendre l'air.

Elle m'a rejoint, la douce inattendue, sur le pont d'en face où je fumais solitaire une cigarette assis sur le parapet convivial d'où je m'appliquais à essayer d'entendre la Seine me parler doucement de ses petits clapotis. Nous avons échangé quelques mots puis quelques phrases sur la soirée, les personnes présentes, nos amis ou connaissances communes, l'alcool, le tabac puis nous avons fini par nous demander nos prénoms et nous nous sommes posés la question de notre présence à une soirée aussi nulle.

Une petite complicité est née au dessus des murmures approbateurs ou réprobateurs de la Seine, je n'ai jamais su.

Le lendemain matin, je me suis malgré tout félicité de toujours me tromper dans mes programmes de lavage machine (mini 60°) au grand dam de mes tee shirts qui, petit à petit, se faisaient de plus en plus minuscules.

Elle s'est levée juste avant mon réveil et a glissé un mini tee shirt blanc qui laissait apercevoir plus des trois quart de ses fesses, qu'elle avait d'ailleurs fort jolies.

Je la regardais s'activer dans la cuisine, amusé et charmé, alors qu'elle cherchait placard après placard et frigo, de quoi faire un petit déjeuner de l'après calin (à deux heures de l'après midi de ce dimanche ensoleillé). je me devais, avec toute l'attention que je lui portais,en gentleman et hôte attentionné que je suis, d'apprécier les très nombreuses qualités de sa personne et j'ai noté alors que sa fesse droite semblait légèrement plus avenante que la gauche mais que la gauche présentait également un attrait certain. Bref, le réveil était agréable et mes pensées volages. Le petit déjeuner consistait en tranches de pain de mie grillées beurrées demi-salées, confiture de fraises de la grand mère et café avec sucre merci - non, désolé je n'ai pas de lait - et d'un paquet de bonbons entamé qu'elle avait déniché dans un coin oublié de mes rangements supposés

Elle a apporté le plateau chargé de ces et ses mets et s'est allongée un peu plus bas que moi sur le lit, coudes relevant le haut de son corps mais, Dieu merci, me laissant apercevoir ce que notre maintenant  tee shirt, n'arrivait à couvrir.

Après quelques paroles d'appréciation réciproque et une dégustation tendre de mon pain de mie Jacquet accompagné du beurre de Bretagne plus ou moins délicatement appliqué, le jeu des questions au jeu de la vérité, chaque homme me comprendra... Après quelques questions usuelles .....

 - Tu veux des enfants ?

- Oh oui, deux trois 

- Garçons filles ? La jambe gauche dressée et bloquée se fait rejoindre par la droite. Aie ? c'est un piège ?

- Oh peu importe.      Non pas de piège me semble t'il, yessss !

- Tu m'aimes ? Sa jambe gauche toujours en mouvement depuis quelques minutes se dresse vers le plafond et se bloque soudainement

- Oui ..(ce oui après quelques secondes de surprise et un sourire innocent)

La jambe se remet en mouvement

Son regard se fait dans le même temps plus incisif ou moqueur ou triste ou autre, mais elle semble amusée voire charmée par ma réponse

- Meeeennnteuuuur ! Son sourire s'élargit et se fait percant, ses yeux un peu inquiets mais toujours coquins guettent ma réponse

Je souris

- Noon ! ah non !  D'un regard ardent et contrarié, malgré mon sourire récurent, je fais l'homme très très amoureux ...Elle se satisfait de la pseudo franchise de mes réponses pour ce dimanche matin.

Et même, je peux vous le dire, je n'ai menti qu'une fois, c'est bien hein !

tee shirt

Posté par faisons court à 23:48 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

02 novembre 2016

Notre histoire est finie ! J'te balance !

Nous formions déjà comme un vieux couple, combien d'années passées ensemble ? Je ne sais plus. Cela faisait si longtemps que nous nous cotoyions que j'en arrivais à oublier sa rassurante présence. Elle était toujours disponible pour moi (c'est comme ça que je les aime), présente à toute heure du jour et de la nuit, prête à me satisfaire, elle adorait je crois, lorsqu'elle sentait mon poids sur elle et m'indiquait alors son plaisir. J'adorais !

Oui, vous l'avez deviné, notre duo était basé sur la domination du maître, moi bien sûr, comment aurait-il pu en être autrement ?

Je me suis toujours montré exigeant avec elle mais la moindre contrariété provoquait chez moi des cris de colère et, je dois le dire piteusement, parfois quelques coups de pied rageurs. Mais je ne suis qu'un homme après tout et donc parfaitement excusable...

Et puis il y a déjà quelques mois, notre relation a commencé à avoir des hausses brutales de tension (la mienne) consécutives aux mauvaises nouvelles dont elle seule était responsable. Un petit peu, je supporte mais plusieurs semaines d'affilée, non non et non !

Alors j'ai décidé de notre rupture définitive après un dernier essai ! Je suis rentré dans la chambre alors qu'elle m'attendait, impassible, à sa place habituelle, ignorante encore du drame qui allait se jouer, je l'ai prise doucement dans mes bras et même quelque peu serrée en descendant les escaliers, j'ai ouvert la porte d'entrée puis je l'ai projetée violemment contre le mur achevant sa courte vie.

J'en avais trop marre qu'elle m'indique 82 83 ou 84 kilos alors que je n'en pèse que 80, voire 79 peut être !

Putain de balance ! Bien fait pour elle !

balance-culinaire-proficook-pc-kw-1061

Posté par faisons court à 12:35 - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

11 octobre 2016

macho un jour macho toujours

J'ai été choqué, j'ai été outré par cette photo que je trouve insultante. C'est une honte pour toutes les femmes comme pour tous les hommes qui en rient !

ma planche

Mais ne craignez rien, vous savez que vous pouvez compter sur moi, digne représentant de l'égalité des sexes, exemple parfait de l'homme du  21éme siècle ! Petit à petit, ensemble, nous arriverons à changer les mentalités !

Oui Mesdames vous pouvez être rassurées pour l'avenir, car nous sommes des millions à vos côtés, afin de lutter pour vous aider à mieux vous faire entendre et répandre plus vite encore vos légitimes paroles d'espoir mélées si souvent de désespoir ! 

Assez de photos coquines, assez de dessins mysogines, assez de caricatures immondes, assez de publicités sexistes qui ne souhaitent qu'une chose, vous rabaisser à un rang  considéré comme inférieur, alors que nous sommes si nombreux à vous trouver supérieures sur presque tous les points ! Si si, et j'assume mes propos devant tous ! Je le crie même bien souvent quand j'en ai l'occasion, alors voilà :

Vive La femme la plus belle création sur terre et je n'ajouterai rien d'autre que ces trois mots, je vous aime !!!

Par contre, pour en revenir à la photographie, je ne comprends pas pourquoi cette nana ne prend pas son fer à repasser avec sa table ! Elle est conne ou quoi ?

 

Posté par faisons court à 09:03 - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 octobre 2016

ils m'ont tout pris

tout-tous

 

 

Non non, n'imaginez rien, j'ai perdu 50 euros au casino, et c'est tout !!! 

Posté par faisons court à 19:34 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 septembre 2016

Nul en langues

Pour ceux qui ne le savent pas encore, je suis si nul en langue que dans celle de shakespeare pour dire "chausson" je dis "warm son", en espérant que l'abruti de british en face de moi comprenne. Non cet imbécile est sourd à sa propre langue, c'est à n'y rien comprendre. Quel connard ce rosbif....

Alors j'ai décidé d'apprendre par moi même et mes progrès, en une seule journée, sont si sensibles que la finalité des mots n'a presque plus de lacunes pour moi. Et je veux vous faire partager ma fierté (en espérant qu'@eyel, la spécialiste traductrice en langues, ne me contredise pas)

Je sais même maintenant, eh oui inclinez vous, incultes que vous êtes devant la connaissance et la culture !!!  la différence entre off et on alors que je m'arrachais les cheveux sur tous les modes d'emploi des appareils électriques et les compteurs edf depuis des décennies, en me demandant si le contact était mis mis ou pas et que je n'allais pas m'électrocuter ! Maintenant je sais ! 

prenez note : "on" c'est vivant "off" c'est dead. Notez bien ça va vous servir et je me tiens même à votre disposition pour toute traduction du moins à ma portée. (Je n'en suis qu'au premier jour de mes recherches et études, un peu de patience..)

Et parce que je suis gentil, en une photo vous devriez assimiler plus facilement la différence fondamentale off et on.

 

 

pigeon

 

 

Posté par faisons court à 21:57 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 septembre 2016

Votez pour moi

Je n'aime pas l'Europe et encore moins la France ! J'ai préféré à une époque, je dois le dire, les tchèques, principalement une femme mais elle m'a ruiné par le divorce qui s'en est suivi et je me suis dit que la prochaine fois je serai plus précis sur le contrat de mariage. Ce que j'ai fait ! Fuck marriage !

En France, c'est comme chez nous, ils ouvrent leurs frontières aux blacks aux gris aux jaunes et maintenant au moyen orient. Ah les fous de français ! Souviens toi lecteur du charnier du Bataclan et dis toi bien que si comme chez moi les gens avaient eu le droit au port d'armes les terroristes n'en auraient pas descendu autant ! Fuck stupids Frenchies ... Et puis n'oublions pas mes actions en hausse chez Lockheed Martin qui est le number one des armes dans le monde !
Moi je suis fier de mon parcours même si j'ai commençé grâce à l'héritage de daddy, et ma fortune à ce jour se monte à 5 milliards de dollars, en plus j'ai mis mon nom (pas mon prénom tout de même) sur les immeubles les plus prestigieux de mon pays, par fierté et pour bien leur montrer ma réussite à tous. Et puis je dois le dire, j'ai un maximum d'immigrés (ça me coûte tellement moins cher) qui travaillent sur mes chantiers et quand il y en a un qui tombe, lol, je regrette à chaque fois qu'il n'en fasse pas tomber un autre dans sa chute ! Ha ha ha ! Bon assez ri comme ça (j'en ai les larmes aux yeux) soyons plus sérieux mais fuck strangers tout de même ! Mais patience.. les noirauds moricauds et autres (sauf les juifs richissimes) je vais vous en faire voir de toutes les couleurs et vous renvoyer chez vous ! Non mais !

Chez moi et je le dis souvent à ma friend Marine, rien ne vaut le plaisir d'être entre nous, bien blancs et bien blonds si possible ! Alors je vais faire construire un grand mur autour de mon pays avec un no man's land d'où les gardes pourront descendre facilement ceux qui veulent rentrer illégalement ! Racaille d'étrangers. Et pourtant j'ai une âme sensible et je vous en donne la primeur : malgré le fait que je vais rétablir la loi contre l'avortement, je pense que je l'autoriserai aux étrangers ! Alors c'est pas gentil ça ? Et puis j'ai une revanche à prendre sur la vie avec le prénom ridicule que m'ont choisi mes parents et qui m'ont fait passer pour un fucking boy dans toutes les écoles privées où j'ai été ! Mais je m'en fous car avec le fric que j'avais déjà, j'emballais les plus belles pétasses dans mes voitures de grand luxe sous leurs yeux haineux ! Et moi fucking les gonzesses ! Pour mon prénom ridicule,je me dis que j'ai eu de la chance, ils auraient pu m'appeler "plutôt" et au lieu de me dire "coin-coin" à chaque fois qu'ils me croisaient mais là ils auraient fait "Vha wha" ! Mais je les aurai tous et tous !

Bon je vous laisse, j'ai une interview mais VOTE FOR ME ! Vous verrez on va bien se marrer là bas ! C'est moi le prochain ! Ha ha ha ha

trump

Posté par faisons court à 11:37 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,