Faisons court

14 octobre 2017

fuckyoushima

Vous vous souvenez de fuck-you-shima  (en japonais fukushima ?) .

Moins de deux jours après le rapport accablant sur les sites nucléaires français mettant le doigt d'infrastructures où la sécurité serait soi-disant déplorable, ces gueux de Greenpeace, par un groupuscule armé ignominieusement de lâches banderolles publicitaires à leur nom (bonjour la pub) et de feux d'artifices au nom du fabricant sûrement complice, soit huit personnes formant commando, ont osé bravé notre sécurité nationale et pénéter sans autorisation administrative sur notre centrale à nous les bons français. Infraction, infraction, infraction !

Ils ont franchi deux barrières (dites infranchissables) mais se sont arrêtés à dix mètres de la piscine de combustible où ils ont fait éclater de minables pétards dont l'utilisation est interdite en dehors du 14 juillet. Encore une infraction...

Ils ont eu deux chances, la première était de ne pas être armé, comme le terroriste débile de base, d'une arme anti-char pouvant permettre de perforer 1 mètre de béton armé soit plus que l'épaisseur de la "piscine" formant la réserve des déchets nucléaires dont nous savons parfaitement la nocivité depuis "l'incident" fuck-you-shima et la seconde était d'avoir des banderolles à leur sigle qui leur ont évité une pluie de projectiles de 9 mm car notre gendarmerie nationale a patiemment attendu 8 minutes règlementaires et a donc bien réfléchi avant d'intervenir sur les lieux même de l'agression terroriste, dans un mérite fort louable d'éviter un bain de sang et/ou une bavure dite policière dont la presse anti gouvernementale aurait fait les gros titres et les choux gras ! 

Chance encore qu'avec leur banderolle nominative greenpeace la gendarmerie n'ait pas ouvert le feu de suite et mitraillé les opportuns apprentis terroristes !

Moi, je vous le dis, responsable de la sécurité, j'aurais tiré sans sommation !  

Non mais c'est vrai, c'est moi qui pédale comme un con pour recharger mon portable dans les gares de France pour pallier, je présume, aux actions de gens comme ça qui nous font fermer des réacteurs sans cesse, provoquant  des carences en électricité et donc mon arthrose des jambes ! 

fuckushima

Posté par faisons court à 22:04 - Commentaires [6] - Permalien [#]

10 octobre 2017

métro mais trop

Vendredi matin 5 heures 30. Il fait encore nuit. Je prends le rer à Neuilly Plaisance, banlieue du 93. Peu de monde, du bruit, des odeurs fortes, des relents de saleté des courants d'air secs, de la pauvreté par bourasques. Le train arrive dans un grincement et le souffle des pneus, la porte s'ouvre et je rentre. Un homme assis et fatigué dort la bouche entrouverte jambes étendues, il est vêtu chichement. Un autre, assis en face de lui sac de sport entre les jambes laisse son regard terne glisser sur lui à de nombreuses reprises. Deux philippines colorées, la quarantaine, debout devant la porte discutent fort et la première, durant le temps de deux stations n'a pas regardé une seule fois sa copine qui pourtant la fixe en permanence ; c'est curieux. Une jeune femme 20/23 ans très belle monte au premier arrêt téléphone à l'oreille, je suis le seul à être surpris de voir de la beauté dans cette rame, pourtant aucun regard sur elle autre que le mien mais je ne suis pas un habitué des transports en commun. Elle doit parler à son mari ou copain car elle semble intime et la conversation tourne visiblement sur des vêtements qui traînent ou dérangent, ses mots vulgaires puis rapidement orduriers démentent férocement sa beauté, elle finira par s'assoir lourdement jambes à demi écartées en râlant sur le manque de réseau et finira le voyage à essayer de refaire en vain le numéro à grands coups de doigts rageurs. Deux types à capuches venus du fond de la rame et l'air pas commode se rapprochent de moi s'arrêtent à un mètre me toisent me détaillent des pieds à la tête d'une attitude arrogante supérieure mais sous mon regard d'indifférence calculée avant de m'ignorer définitivement en entamant une discussion portant sur un de leurs potes qui n'a pas aimé la pizza d'hier soir, le boloss, le connard de première. Je suis resté debout jusqu'à l'arrivée à ma station, appuyé sur un poteau, j'ai adopté par mimétisme un regard sans vie, je suis éteint, j'ai les yeux de mes poissons.

Tous ces corps assis debout ou vautrés respirent le mal être. Chacun porte sur son visage son individualité son égoïsme sa tristesse et sa difficulté de vie. Chacun ici a appris à ignorer son voisin et ils semblent tous s'appliquer à ne pas voir les autres. 

20842283_1903555819882614_8657841958024158976_n

Posté par faisons court à 19:39 - Commentaires [7] - Permalien [#]

06 octobre 2017

pauvres de vous

La semaine prochaine, à l'heure où vous irez vous coucher dans vos draps froissés, assombris par la lumière blafarde des premiers froids d'hiver, je recompterai à l'abri de hauts palmiers odorants mes millions d'euros, allongé sur un drap de soie tenant à la main un verre de Romanée-conti tout en demandant à la jeune femme à demie-nue à mes côtés de me faire couler un bain ou de préparer les huiles pour mon massage quotidien.

Après mon petit intermède suivi d'un plongeon dans ma piscine olympique ou d'un petit bowling dans ma salle de jeu selon mon humeur, je demanderai à l'un de mes chargés d'affaires de consulter la bourse pour m'aider à m'endormir plus aisément grâce à un petit gain journalier logique de quelques centaines de milliers d'euros. Je sais que cela m'aidera à m'endormir plus facilement de compter et recompter encore mes liasses comme d'autres comptent les moutons..

Nous n'avons pas les mêmes valeurs et pourtant nous sommes tous humains, mais il y a ceux qui, réussissent et les autres...vous...les pauvres...

Moi j'ai choisi mon camp ! Celui de la réussite. Pour les autres circulez, il n'y a rien à voir !

Je viens de m'acheter un billet à l'euro millions (10 euros) tirage ce soir et mes sens me disent que je vais gagner au moins 95 millions d'euros soit la modeste moitié du jackpot. 

Alors les pauvres, bonne nuit quand même

1022500235

Posté par faisons court à 18:36 - Commentaires [12] - Permalien [#]

01 octobre 2017

pape pie V

Ah quel pape !

Bien avant le "carré blanc" télévisuel des années 60 transformé depuis en "interdit aux moins de 18 ans", le pape Pie 5 (en latin Pie V) avait donné ordre dés la fin du seizième siècle de cacher les attributs des statues, enfin pour faire court de recouvrir les sexes arrogants aussi petits étaient-ils 

Amen ...

En visitant le musée du vatican et toutes les magnifiques statues alentours, on peut se rendre compte que des feuilles de vigne virginales cachent efficacement les zizis de ces naturistes !

Même le plafond de la chapelle sixtine (en latin, capella VI xtine, enfin je crois..) peint par Michelange, peintre génie de talent (en anglais génie'tal) ancêtre d'un personnage de dessin animé ninja (d'où mon rapport maintenant évident à la télévision et son carré blanc), a vu ses sexes d'hommes cachés par des voilages habilement peints par une deuxième couche finale soulageant le pudique prélat qui pouvait alors se prélasser en toute quèquiétude.

Par contre, en ce qui me concerne, lorsqu'il m'arrive malgré moi de regarder une jolie fille en minijupe, mon regard discret mais évidemment lubrique tâche de satisfaire mon cerveau (qui lui en a donné l'ordre) et mes testostérones (qui profitent de l'instant) et de m'en montrer le maximum (non pas de la minijupe, de ce qu'elle recouvre bien sûr)

Alors, voyez vous, quand je vois une femme regarder une statue ayant échappé au scalp ou cache papal, je trouve logique et humain que son regard, aussi discret que le mien susmentionné tout à l'heure, brave les interdits. Quand ellles sont deux à admirer la statue, elles sourient ouvertement et reluquent courageusement les parties en question, mais seule son regard glisse doucement pour y revenir comme par hasard dans les cinq secondes.

18486279_762897817222168_3308400027053952301_n

 

Allez un selfie ?

 

 

Posté par faisons court à 21:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

29 septembre 2017

les femmes sont bavardes

Une enquête ou supposée telle, et appuyée par de nombreux hommes et quelques femmes, affirme que les femmes sont trois fois plus bavardes que les hommes. (20000 mots quotidiens au lieu de 7000)

Effectivement le plupart des gens pensent que c'est une réalité mais en fait de nombreuses études montrent que si les femmes parlent effectivement plus que les hommes la proportion doit être de l'ordre de 5 à10% environ. Ce qui est, vous l'admettrez, quasiment insignifiant.

Je suis content et même un peu fier en tant que mâle soi disant dominateur, d'assumer mes responsabilités d'homme et de rendre à la femme par ce petit article la vérité sur leurs pseudos bavardages récurents.qui n'en sont pas ! Non mais !

A ce moment précis, mon voisin Michel, affreux macho mais collègue des matchs de foot-bières, passe me voir, lit ce que j'écris à l'ordinateur et rigole comme un malade... Puis il prend d'office ma place et tape au clavier :

Par contre Jack  (oui c'est Michel son voisin là qui écrit) :

- je veux préciser certaines vérités par cette petite anecdote : Invite donc pour une première fois une femme au restaurant, ta collègue de bureau qui te plaît tant par exemple, mets la à son aise par de petites attentions d'ordre séducteur bien élevé, puis tu verras que petit à petit elle se confiera et là... laisse la parler, aquiesce à ses moindres propos par des petits hochements de tête, rassure la par des petits sourires entendus, prononce des "oh" des "ah" compréhensifs voire admiratifs par moments. Inutile d'exprimer un seul mot et surtout pas ton point de vue s'il est différent du sien, laisse la magie opérer toute la soirée.. Le lendemain après une nuit des plus agréables (tu comprends ce que je veux dire), tu entendras par çi par là dans le bureau des compliments des éloges sur ta personne, la plupart féminins d'ailleurs ! En une soirée, tu es devenu un homme avec une écoute fantastique et  un phrasé digne d'un roi (non pas macron) doué d'une grande culture (malgré ton c.a.p. de fraiseur tourneur voltigeur). Tu es passé sous la lumière et classé maintenant parmi les meilleurs d'entre nous et les 40 à 80000 mots qu'elle a prononcés  la veille dépassent peut être de loin les cinq cents qui ont été les tiens, mais jamais tu n'aurais obtenu une telle estime une telle reconnaissance et une telle nuit sans votre merveilleux quasi monologue.

Là c'est Jack, je reprends les commandes ! Mais quel macho ce type, je vais arrêter le foot !!

20799416_812387548939861_7129469137785583786_n

 

Posté par faisons court à 22:05 - Commentaires [6] - Permalien [#]

24 septembre 2017

plaisir de l'eau

Aujourd'hui un bonheur d'aller à la plage avec ce temps superbe

20106270_1249040218540579_8871695114690844239_n

Non pas cette plage là plutôt celle-ci

18835680_1201644226613512_1781457486756925280_n

Posté par faisons court à 17:16 - Commentaires [8] - Permalien [#]

22 septembre 2017

mouchka !

Les insectes prennent mon crâne pour l'aéroport CDG ! 

Vraiment c'est agaçant, même si je ne suis pas le seul dans ce cas là !

18010269_1851276705110526_3638994051602909113_n

Posté par faisons court à 17:04 - Commentaires [5] - Permalien [#]

20 septembre 2017

ben quoi !

Un publicitaire de génie est un génie

Un imbécile reste un imbécile

16998854_1852323341711850_8936455470382634104_n

Posté par faisons court à 17:37 - Commentaires [8] - Permalien [#]

Attente

J'ai attendu, j'ai attendu.

Elle n'est jamais venue 

rose

 

Veni mais pas vidi et pas vici ! 

Posté par faisons court à 17:33 - Commentaires [5] - Permalien [#]

16 septembre 2017

Chasse à faisons court

Je suis allé une fois à la chasse (parce que je n'ai pas eu le choix) et je n'avais pas de fusil, mais la photo reflète assez la vérité !

16831869_996671177135727_6136175616031338838_n

Posté par faisons court à 22:35 - Commentaires [7] - Permalien [#]