Ah quel pape !

Bien avant le "carré blanc" télévisuel des années 60 transformé depuis en "interdit aux moins de 18 ans", le pape Pie 5 (en latin Pie V) avait donné ordre dés la fin du seizième siècle de cacher les attributs des statues, enfin pour faire court de recouvrir les sexes arrogants aussi petits étaient-ils 

Amen ...

En visitant le musée du vatican et toutes les magnifiques statues alentours, on peut se rendre compte que des feuilles de vigne virginales cachent efficacement les zizis de ces naturistes !

Même le plafond de la chapelle sixtine (en latin, capella VI xtine, enfin je crois..) peint par Michelange, peintre génie de talent (en anglais génie'tal) ancêtre d'un personnage de dessin animé ninja (d'où mon rapport maintenant évident à la télévision et son carré blanc), a vu ses sexes d'hommes cachés par des voilages habilement peints par une deuxième couche finale soulageant le pudique prélat qui pouvait alors se prélasser en toute quèquiétude.

Par contre, en ce qui me concerne, lorsqu'il m'arrive malgré moi de regarder une jolie fille en minijupe, mon regard discret mais évidemment lubrique tâche de satisfaire mon cerveau (qui lui en a donné l'ordre) et mes testostérones (qui profitent de l'instant) et de m'en montrer le maximum (non pas de la minijupe, de ce qu'elle recouvre bien sûr)

Alors, voyez vous, quand je vois une femme regarder une statue ayant échappé au scalp ou cache papal, je trouve logique et humain que son regard, aussi discret que le mien susmentionné tout à l'heure, brave les interdits. Quand ellles sont deux à admirer la statue, elles sourient ouvertement et reluquent courageusement les parties en question, mais seule son regard glisse doucement pour y revenir comme par hasard dans les cinq secondes.

18486279_762897817222168_3308400027053952301_n

 

Allez un selfie ?